Saint Nonna a 500 ans

Avec quel argent, l'église fut-elle bâtie ?

 

 

Invité à animer une conférence le 25 juillet dans l'église, Serge Duigou, historien spécialiste du pays bigouden, a expliqué le contexte économique dans lequel Saint-Nonna, l'église la plus grande du Cap-Caval (nom du pays bigouden jusqu'en 1883), a été construite.

 

Quand ? Une inscription sur le porche sud nous donne la date exacte de la pose de la première pierre :

Ce jour sainct René l'an mil CCCCCVIII (1508)fut fondée ceste église et la tour en l'an M.d.

neuff(1509) dôt (dont) estoit recteur : K. Jegou.

 C'est donc le 19 octobre 1508 que commença la construction de l'église qui dura deux ans.

 

Pourquoi cette date ? Serge Duigou émet une hypothèse. En 1505, Anne de Bretagne, reine de France, était venue se recueillir sur le tombeau de Saint Ronan à Locronan… Saint René serait donc une date symbolique en souvenir de cette visite qui eut un retentissement énorme dans la population. 

Qui a payé sa construction ? Le commerce maritime est alors à son apogée dans le pays bigouden. On dénombre 2500 marins rien qu'à Penmarc'h.  Le poisson (congre, julienne, merclu) est vendu dans les villes de Nantes, La Rochelle et Bordeaux. A Bordeaux, la voie est libre. Les Anglais ont perdu la Guerre de cent ans et ont déserté la ville. Les marins de L'Ile-Tudy, Sainte-Marine et surtout Penmarc'h vont se saisir d'un marché en or. Une fois le poisson déchargé, ils remplissent leurs carvelles vides (à ne pas confondre avec caravelle. Le terme carvelle signifie à l'origine clou servant à fixer la bordée. Les bateaux construits avec ces clous étaient appelés au départ navires à carvelles, puis carvelles) de fûts de vins et de pastel, plante qui teinte les tissus en bleu. Ils repartent vendre leur cargaison  en direction d'Anvers.

Les affréteurs les plus importants de Penmarc'h sont des Espagnols. La quasi-totalité de ces marchands sont des juifs convertis au catholicisme. L'argent de l'église vient donc aussi des juifs.

80% de tout le vin de Bordeaux est ainsi transporté par les navires de Penmarc'h. C'est avec l'argent gagné par les capitaines que  l'église sera bâtie. On trouve six bateaux représentés à l'intérieur de l'église et 14 ou 15 à l'extérieur répartis sur les côtés sud et ouest.

 

Le déclin : Mais le commerce florissant ne durera pas au-delà de 1550. Les Hollandais prennent conscience de son importance et développent leur propre flotille. Les guerres de religion déciment une grande partie de la population aux Pays Bas. Quant au pastel, il est supplanté par l'indigo, plante qui nécessite moins de travail de préparation. Penmarc'h perd le marché.

 

                                                                             (Merci à Anne Cariou)

 

 



24/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres